Maisons conseils : faire construire sa maison, travaux dans sa maison...
Objectif maison (faire construire, travaux, aménagement...)
 
Objectif investissement (credit immobilier...)
 
Maison conseils : Mes services
 
Maison conseil (faire construire sa maison, travaux...)
 
 
 

Imprimer

Envoyer cette page

BRICOLER :
Choisir un système d'alarme : suivez le guide


Quelque 350 000 cambriolages ont lieu en France chaque année dont 80% dans la journée . Pour protéger son habitation, rien ne vaut un système d'alarme. Son rôle ? Détecter et signaler toute tentative d'intrusion.


Inutile d'attendre d'avoir été cambriolé pour se décider à s'équiper. D’ailleurs, de plus en plus d’assureurs imposent une alarme en plus des précautions classiques contre les intrusions, notamment lorsque les capitaux garantis sont importants ou lorsque le risque est avéré, après deux cambriolages au même endroit, par exemple,.

Car, si l'alarme ne remplace pas de bonnes fermetures, en revanche elle renforce efficacement la sécurité d'un logement en perturbant franchement les voleurs.

L'équipement est à prévoir en fonction de la taille du logement, du type d'habitation à protéger (maison ou appartement) et de sa vulnérabilité potentielle (lotissement, périmètre isolé…).

 
 Avec ou sans fils
 Alarme filaire
 Combien ça coûte ?
 Contacts utiles
 Bon à savoir
1. Avec ou sans fils
Vous avez le choix entre deux systèmes.

D’un côté, les modèles filaires (tous les détecteurs sont reliés à la centrale par des fils) qui exigent l'intervention d'un professionnel et nécessitent d'importants travaux (câblage, perçage des cloisons...).

De l’autre les sans fils. Plus faciles à poser, ils n'occasionnent aucune dégradation de la décoration intérieure et sont aussi meilleur marché. Ils se composent d'éléments fonctionnant sur piles dont les différents constituants communiquent entre eux par ondes radio codées et sécurisées. De plus, ce sont des systèmes évolutifs qui peuvent se construire petit à petit en fonction de son budget et de ses besoins.
retour sommaire


2. Alarme : mode d’emploi

La centrale

Pivot de l'installation, l’unité centrale, de plus en plus compacte, se place à l'abri des regards (dans la cage d’escalier en hauteur, par exemple ou près du compteur électrique) . Commandée par clavier ou par télécommande, elle reçoit les signaux, les interprète puis, donne l'alerte. Préférez un modèle "multizones" pouvant être activé quand vous êtes chez vous : il ne fonctionne que dans la partie de la maison que vous désirez protéger.

D'autres critères sont aussi à prendre en ligne de compte dans le choix de l’alarme :
  • le déclenchement "temporisé" : il permet de différer l'alarme dans certaines zones de la maison , ce qui laisse le temps de quitter les locaux avant son activation

  • la fonction "autoprotection" : utile en cas de tentative de sabotage de la centrale

  • la "mémoire d'alarme" : un mouchard indispensable pour savoir s'il y a eu tentative d'intrusion durant votre absence.

Les détecteurs

Reliés à la centrale, ils ont pour mission de repérer les intrusions.

  • Les détecteurs paramétriques ont pour tâche de surveiller les abords et le pourtour de la maison et de donner le signal d'alarme avant l'intrusion des cambrioleurs. Sont alors à prévoir des "détecteurs d'ouverture", sortes de contacteurs magnétiques à poser entre l'ouvrant et le dormant des fenêtres ou des portes et des "détecteurs de choc", à coller sur les vitres.

  • Les détecteurs volumétriques signalent pour leur part les intrusions dans un volume donné. Ce sont généralement des détecteurs à infrarouges qui réagissent à la chaleur. Vous les implanterez dans des lieux de passage obligé, en regard de la porte d'entrée ou dans une grande pièce. Plus sophistiqués, les radars infrarouges + hyperfréquences, sensibles à la fois à la chaleur et aux mouvements, sont plutôt destinés aux grandes baies vitrées et vérandas.
Les avertisseurs

Il ne suffit pas à la centrale de détecter un intrus. Encore faut-il le faire fuir, avertir les voisins ou vous-même. C'est le rôle des avertisseurs.

La sirène doit être placée en hauteur, hors d’atteinte, sous la rive de toit s’il s’agit d’une maison, sur le palier s’il s’agit d’un appartement (le syndic doit donner son accord). Une sirène placée à l’intérieur du logement reste une solution qui a fait ses preuves : son enclenchement stopperait 95% des tentatives d'effraction !

Elle peut aussi être couplée avec :

  • Un diffuseur de fumée : il émet une masse de brouillard aussi opaque qu'inoffensif (aucun système ne doit porter atteinte à l'intégrité physique des personnes) ou une lampe flash qui, placée à l'extérieur de la maison, permet de visualiser l'alerte. Idéal pour les pavillons en lotissement.

  • Un transmetteur téléphonique : de préférence GSM -il fonctionne même si le cambrioleur coupe le câble du téléphone ! - s’impose le plus souvent. Il vous prévient dès que l'alarme se déclenche : il compose les numéros de téléphone programmés d’avance, les vôtres, ceux de vos proches ou des voisins.

Télésurveillance ou télésécurité

C’est le système le plus perfectionné(caméra, microphone, haut parleur…) . Dès que l’alarme s’enclenche, un central est alerté. Ce dernier, fonctionne 24H/24, 7 jours sur 7. En cas d’intrusion, il prévient :

  • soit les personnes de votre choix, vous-mêmes ou vos proches : la formule peut répondre aux besoins de particuliers détenant des biens de valeur ou dont la maison est isolée.

  • soit délègue directement des vigiles sur place, chargé de constater les dégâts, d'assurer le gardiennage jusqu'au retour des propriétaires ou à l'arrivée d'un proche, voire de réparer les serrures. Un "plus" intéressant si vous vous absentez souvent.
retour sommaire


3. Combien ça coûte ?

En moyenne, comptez entre 500 et 2000 € pour une alarme en kit à poser soi-même et entre 1 525 et 4 000 € si vous faites appel à un installateur. L’abonnement au système de télésurveillance vous coûtera en plus entre 30 et 60 € par mois selon les prestations fournies (remplacement de la serrure, réparation des issues, déplacement d'un surveillant...) et la taille du logement (appartement, maison…).

A savoir

Certains opérateurs, notamment des assureurs et des banques vous proposent non pas d’acheter mais de louer l’équipement pour des tarifs très avantageux et vous offrent parfois en contrepartie des remises pouvant atteindre par exemple 10 % sur votre assurance multirisque habitation.

retour sommaire


4. Contacts utiles
  • Le Centre de documentation et d’information de l’assurance (CDIA) diffuse gratuitement le dépliant "La protection de votre habitation par la télésécurité » (réf. dép. 475).
    Pour le commander écrivez au CDIA. 26, Bd Haussmann, 75 311 Paris cedex 09 ou connectez-vous sur www.ffsa.fr.

  • A consulter également, le site du CNPP, rubrique « malveillance » pour accéder notamment à la liste des entreprises certifiées APSAD : www.cnpp.com
retour sommaire



Bon à savoir

Trois conseils malins

Dans tous les cas, avant de vous engager :

  • Lisez attentivement le détail le descriptif des services rendus : la pose de l’équipement est-elle comprise dans les tarifs annoncés, quelle est la durée de l’abonnement proposé…

  • Assurez vous que l’entreprise sélectionnée ait un agrément préfectoral : des escrocs se font parfois passer pour des agents de télésurveillance afin de repérer leurs prochains casses !

  • Vérifiez que le professionnel bénéficie de l’agrément du Centre national de prévention et de protection (CNPP) et affiche la marque APSAD : cette certification garantit que les entreprises respectent un strict cahier des charges, a priori plus protecteur pour le consommateur.

retour sommaire
  © Maison-conseil 2005 | Mentions légales | Crédits | Plan du site