Maisons conseils : faire construire sa maison, travaux dans sa maison...
Objectif maison (faire construire, travaux, aménagement...)
 
Objectif investissement (credit immobilier...)
 
Maison conseils : Mes services
 
Maison conseil (faire construire sa maison, travaux...)
 
 
 

Imprimer

Envoyer cette page

BRICOLER :
Énergie : la chasse aux gaspis est ouverte


Les dépenses d’énergie pèsent lourd dans le budget familial et… la pollution de la planète : 50 % des émissions de CO 2 seraient le fait des ménages. Profitez de l’hiver pour faire un BA et donner un bon tour de vis à vos dépenses !
 
 Chauffage : halte aux énergivores !
 Ne jetez plus votre argent par les fenêtres. Changez-les
 Nouveaux comportements : réformez vos habitudes
 Contacts utiles
 Bon à savoir
1. Chauffage : halte aux énergivores !

Quel que soit le mode d’énergie utilisé, gaz, fioul, propane, électricité…, moderniser une installation de chauffage ancienne se traduit toujours par un gain de confort et d’argent.

Chauffage au fioul ou au gaz.

Faire baisser sa facture de 20 à 30 % dès la première année ? C’est possible, en troquant votre chaudière de 20 ans d’âge et plus par une chaudière nouvelle génération. Et quitte à changer d’équipement autant opter pour une formule moins gourmande et moins polluante : une chaudière basse température permet de réaliser de l’ordre de 20 % d’économies d’énergie par rapport à une chaudière classique, un gain qui atteint à 30 % avec une chaudière "à condensation".

Résultat, alors qu'il fallait plus de 3 000 litres de fioul par an pour chauffer une maison de 100 m2, il y a quelques années, la moitié peut aujourd'hui suffire. Au prix du litre de fioul (en moyenne 0,6 euro, en décembre 2006), faites vos comptes !
Chauffage électrique.

Malgré un coût de l'énergie supérieur au gaz ou au fioul, il redore lui aussi son blason. Les nouveaux convecteurs et panneaux rayonnants, dotés d'un thermostat électronique et d'un programmateur, permettent de contrôler au 1/10° de degré prés la température et de la réguler sur plusieurs modes (économique, confort, hors gel ou arrêt), selon les pièces et les heures d'occupation. Reliés à une sonde extérieure, ils peuvent prendre aussi en compte les variations climatiques. Idéal pour être sûr de ne pas trop chauffer la nuit, pendant les redoux ou les absences et de ne dépenser que juste ce qu'il faut là où il faut.

retour sommaire


2. Ne jetez plus votre argent par les fenêtres. Changez-les

Si vos huisseries sont des passoires, n'hésitez pas à les remplacer. Une fenêtre en mauvais état peut, en effet, laisser s'échapper de précieuses calories nécessaires au chauffage. Des menuiseries performantes existent aujourd'hui : profilés bois, PVC ou aluminium à rupture de pont thermique offrent une parfaite étanchéité à l'eau et à l'air. Mais leur qualité est surtout liée à celle du vitrage. Or, pour gagner quelques degrés et réduire de 40 % les déperditions caloriques, il suffit de remplacer un vitrage simple par un double vitrage standard. Scellé en usine, il est constitué de deux vitres entre lesquelles est piégée une lame d'air immobile (deux vitres de 4 mm et une lame d'air de 6 à 12 mm, dont le pouvoir isolant augmente avec son épaisseur). Et, cerise sur le gâteau, le double vitrage protège aussi des bruits de la rue grâce à la présence d'une vitre extérieure plus épaisse. Le matériel possédant un certificat ACOTHERM offre de bonnes performances thermiques et acoustiques.

Le must en la matière ? Le double vitrage à isolation renforcée (lame d’argon) et à faible pouvoir émissif : il retient la chaleur à l’intérieur et laisse passer les rayons du soleil. Il améliore instantanément le confort, élimine la sensation de paroi froide au contact des vitrages et entraîne une baisse de 10 % de la consommation d'énergie été comme hiver (climatisation et chauffage).

retour sommaire

3. Nouveaux comportements : réformez vos habitudes

Appareils ménagers.

Au moment d’acheter ou de renouveler vos appareils ménagers pensez à comparer le rapport qualité/prix mais aussi la classe énergétique du modèle sur l'étiquette  « label énergie » obligatoirement apposée sur tous les appareils : du plus économe (A) au plus gourmand (G). Entre deux modèles similaires, pour le même service, la dépense en électricité et en eau peut en effet varier du simple au double, si ce n'est plus ! L’éventuel surcoût au moment de l’achat sera rapidement amorti à l'usage.

C’est nouveau.

Bonne nouvelle, les appareils ménagers considérés comme les plus énergivores, bénéficient depuis janvier 2004, de deux nouvelles catégories encore plus "pointues" : A + ( pour les lave linge, réfrigérateur et congélateur) et A ++ (réfrigérateur et congélateur). Elles signalent des appareils réduisant de 25 à 60 % la consommation électrique par rapport à l'actuelle classe A

L'éclairage

L'éclairage mal maîtrisé est une autre source de gaspillage. Les lampes fluocompactes dites "basse consommation" sont plus chères à l'achat ( de 5 à 40 € environ l’ampoule) mais plus économiques à l'usage. Elles vous permettront à quantité égale de lumière émise, d’économiser jusqu’à 80% d’énergie, avec une durée de vie de dix mille heures effectives contre mille pour une ampoule à incandescence classique. Autre recommandation des associations de consommateurs, mieux vaut éviter les halogènes très puissants. Une heure d’éclairage avec une lampe de 500W représente une dépense de 5,72 € ! Attention aussi aux halogènes miniatures de 30 à 50 W dotés d’un transformateur : même éteint, s’il reste branché il consomme et vous payez.



retour sommaire


4. Contacts utiles

Diagnostics, devis, conseils… : ces organismes vous aident à dresser votre « bilan énergie ». Ils vous proposent aussi des pistes pour dépenser moins et vivre mieux.
  • ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Tél. : 0 810 060 050 ou Internet : www. ademe.fr
  • EDF. Tél. : 0 800 123 333 ou Internet : www.edf.fr ou www.promotelec.com.
  • Gaz de France . Tél. : 0 810 800 801 ou Internet : www.gazdefrance.com rubrique « espaces particuliers ».
retour sommaire



Bon à savoir
Eau : 7 bons tuyaux pour dépenser moins

Faites vérifier vos installations

La température de l’eau au robinet (évier, lavabo) doit être limitée à 50/60 °C. Pourquoi ? Tout simplement parce que cela alourdit votre facture d’énergie et entartre vos canalisations. Or, 1,5 mm de tartre se traduit par une perte d’énergie de 15 %, et de 40 % avec une épaisseur de 6,3 mm !

C.Q.F.D. : faites vérifier vos installations par un professionnel, un plombier par exemple. Vous pourrez économiser jusqu'à 400 litres d'eau/an (*).


Ballon : optez pour les heures creuses

Si l'eau est chauffée à l'électricité, un ballon accumulation avec option "heures creuses " est conseillé, s'il contient 100 litres ou plus.


Supprimez la veilleuse

Sur les chauffe-eau à gaz, une veilleuse fonctionnant 24h sur 24 vous coûte en moyenne entre 23 et 46 euros par an, pour rien. Optez donc pour un modèle sans veilleuse à allumage automatique.


Équipez-vous d’un mitigeur

L'installation d'un mitigeur thermostatique (**), à la place d'un robinet traditionnel dans la cuisine et les sanitaires peut vous permettre de réaliser une économie d'eau et d'énergie de 20 à 30 %.


Surveillez le débit de l’eau

L'installation d'un réducteur de débit, vissé en bout de robinet ou de la pomme de douche, abaisse de 12 à 8 et 6 litres/mn la consommation tout en assurant le même confort et une économie de près de 30 %.


Mettez votre chasse au régime

Un tiers de notre consommation d'eau quotidienne est consacré au rinçage des cuvettes des W-C (9 litres à chaque fois). Économes, les nouvelles chasses d'eau à double débit 3/6 litres réduisent la facture d’eau.

Faites échec aux fuites

Un robinet qui goutte représente une perte de 5 litres d'eau par heure et une chasse d'eau, de 15 à 20 litres par heure !


(*) Le prix de l’eau varie de 1 à 7 en France.

Coût moyen pour l’eau froide est de 2,8 € (et jusqu'à 6 € selon la région) le m3.

(**) Un mitigeur est un robinet mélangeur d’eau chaude et froide par commande unique de débit contrairement à un mélangeur qui comporte deux manettes (rouge et bleue). Un mitigeur thermostatique permet une présélection de la température désirée et gère ensuite le réglage et le maintien à cette température de l’eau fournie.


retour sommaire
  © Maison-conseil 2005 | Mentions légales | Crédits | Plan du site